Très critiqué pour sa gestion du PSG, et les échecs successifs en Ligue des Champions, Nasser Al-Khelaïfi est toujours en poste et poursuit avec la même méthode.

Proche de l’Emir du Qatar, Nasser Al-Khelaïfi est toujours le président du PSG. Et même si des rumeurs de départ reviennent régulièrement, notamment chaque fois que Paris se fait sortir de la Ligue des Champions, NAK tient bon et ne semble guère inquiété.

Diviser pour mieux régner ?

Au cœur des critiques, il y a surtout sa méthode. En plus d’être sur-sollicité de par ses fonctions diverses (bein SPORT, fédération qatarie de tennis, etc…), Nasser Al-Khelaïfi entretien un flou permanent dans l’organigramme parisien. Qui décide, qui a vraiment le pouvoir ? Au final, c’est lui. Mais avec une méthode très particulière : diviser pour mieux régner. La présence du duo Henrique/Tuchel en est le meilleur exemple.

Tuchel et Henrique ne s’entendent pas

Entre Thomas Tuchel et Antero Henrique, c’est la guerre froide. Les deux hommes ne s’entendent pas et tout le monde au club (et même en dehors) le sait. Pour autant, Nasser Al-Khelaïfi laisse les deux hommes en poste. Objectif : garder le contrôle et limiter le pouvoir de chacun. Jean-Claude Blanc peut en témoigner : depuis son arrivée, il a sans cesse dans les pattes des gens à ses côtés pour éviter de prendre trop d’importance, comme à la Juventus.