Porteur du projet de la Super League, Florentino Pérez a tenté d’emmener le Real Madrid et onze autres clubs vers un obscur projet. Mais le président madrilène avait d’autres intérêts.

Florentino Pérez va avoir du mal à se sortir du feuilleton « Super League ». Le patron du Real Madrid en est à l’origine et il essuie un revers cuisant… Mais en toile de fond de cette nouvelle compétition fermée, il y a des intérêts qui dépassent le cadre du football.

Un contrat à 6,5 milliards

Patron d’une agence de BTP avec laquelle il a fait fortune, Florentino Pérez aurait tenté de profiter de la Super League pour des intérêts personnels. En effet, en marge du dispositif de cette compétition privée financée par l’Arabie Saoudite, l’homme d’affaire aurait signé un contrat de 6,1 milliards d’euros pour des constructions dans le pays du Golfe. Un projet type « Las Vegas », en Arabie Saoudite, dont il aurait eu la construction.