Alors que le nom d’un investisseur saoudien est récemment revenu du côté de l’OM, le maire de la ville a assuré qu’il ne vendrait pas le stade. De quoi faire fuir celui qui aurait pu investir des millions au mercato ?

Dernièrement, tout Marseille s’est enflammé. Le nom du prince saoudien Al-Walid a en effet été évoqué pour un rachat de l’OM. L’idée d’avoir à la tête du club un riche investisseur, capable de concurrencer les Qataris du PSG et notamment pendant les mercato, a fait rêver tous les supporters de l’OM. Et ce malgré les démentis du club et de Vincent Labrune, le président marseillais qui a évoqué des « rumeurs fantaisistes »

OM : Le club et le stade pour 400 millions d’euros ?

Mais le député PS et ex-candidat à la mairie de Marseille Patrick Mennucci continue, lui, de croire en ce rachat et à dernièrement évoqué le cas du Stade Vélodrome. « Je pense que s’il veut racheter l’OM, il voudra aussi être propriétaire du stade. On sait combien c’est difficile de remplir un stade. Si l’investisseur arrive avec des garanties solides, je ne pense pas que la mairie sera totalement fermée à la discussion. D’autant que les autres acteurs du PPP (Caisse d’Épargne, Bouygues…) connaissent déjà probablement les investisseurs saoudiens. S’il arrive avec 400 millions d’euros sur la table, je pense qu’il ramasse tout », a récemment déclaré Mennucci dans le journal L’Equipe.

OM : Gaudin ne vendra pas le stade !

Mais son adversaire politique, l’actuel maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin n’a, lui, pas du tout l’intention de céder le stade à un éventuel investisseur. « Je ne serai pas le maire qui vendra le Vélodrome », a assuré Gaudin. De quoi faire peur au prince Al-Walid, si le Saoudien souhaite en effet faire de l’OM un cador européen dans le futur. Difficile en effet de l’imaginer investir des millions lors des mercato et dans le club, s’il n’a pas la possibilité d’être le propriétaire du stade. Ou au moins d’y appliquer les politiques économiques et marketing qu’il souhaite…