En retenant par deux fois Malcom, Bordeaux a fait ce qu’il fallait et devrait récolter le fruit de son travail l’été prochain.

Par deux fois, Bordeaux a regardé un chèque de 50 millions d’euros et a dit « non ». Deux fois, c’était pour Malcom, la pépite brésilienne des Girondins. Après le Borussia Dortmund l’été dernier, c’est au tour de Tottenham d’avoir dégainé cet hiver. Malgré le désir du joueur, tenté par une aventure sur la scène européenne et des ambitions revues à la hausse, Bordeaux a demandé du temps et de la patience à son protégé. Une stratégie qui va s’avérer payante.

Le pactole pour Bordeaux

Si Tottenham était prêt à mettre 50 millions d’euros en janvier, c’est qu’il y a une réelle motivation des Spurs de se l’offrir. Dans quatre mois, le dossier sera encore ouvert. Et a priori, Tottenham maintient activement le contact. Pour Bordeaux, c’est l’assurance d’une opération financière juteuse qui va faire exploser le record de vente pour le club. Pour cela, les dirigeants ont dû se montrer patient et ferme. C’est assez rare pour être souligné. Encore plus si les enchères viennent à monter après le Mondial…