Wilt Chamberlain est le plus grand de tous les temps

Wilt Chamberlain est le plus grand de tous les temps

Par -

A la question « Qui est le plus grand basketteur de tous les temps ? », le commun des mortels répondra bien souvent « Michael Jordan ! ». S’il n’est pas question de remettre en cause le talent de Sa Majesté, c’est oublier que son aura s’est aussi construite grâce à l’hyper médiatisation de la NBA des années 80 et de l’avènement de la « Dream Team » des USA dont il deviendra la star incontestée dix ans plus tard. Avant même que le grand Michael ne vienne au monde, un géant de 2,16 m avait déjà régné déjà sur les parquets américains : en 1959, la NBA découvrait un pivot du nom de Wilt Chamberlain, véritable phénomène qui allait révolutionner le basket à tout jamais !

basketA l’instar de Pelé dans le football, Chamberlain fait partie de ces rares joueurs qui ont hissé leur sport dans une nouvelle dimension. Dès son premier match en NBA, celui que l’on surnomme « Wilt the stilt » (en référence à ses longues jambes maigrichonnes), inscrit 43 points et prend 28 rebonds. Des chiffres fous pour un rookie ! Suite à sa 1ère saison aux Warriors et à ses statistiques hors du commun (meilleur marqueur et meilleur rebondeur de la ligue !), il devient le premier joueur de l’histoire à obtenir la double récompense de meilleur rookie et de MVP. Pendant six années aux Warriors, Chamberlain va littéralement exploser les compteurs en tournant à 41 points et 25 rebonds de moyenne par match en saison régulière. Le 2 mars 1962, il marque à tout jamais la NBA de son empreinte en inscrivant pas moins de 100 points face aux New-York Knicks ! Autrement dit une performance quasi inégalable. Superstar adulée, le génial pivot est néanmoins qualifié de « looser magnifique », échouant régulièrement durant les finales de Playoffs malgré des performances individuelles extraordinaires. Mais alors que certains se seraient contentés de pulvériser les records année après année, Chamberlain décide de changer son jeu quand il débarque chez les 76ers de Philadelphie. En adoptant un style plus collectif et moins offensif, il réalise face aux Celtic de Boston un quadruple-double, fait rarissime pour un pivot. Sa nouvelle palette de jeu permet aux 76ers de gagner les Playoffs à l’issue de la saison 66/67. En remportant son premier titre de champion NBA, Chamberlain prouve aux derniers sceptiques qu’il est capable de mettre tout son talent au service du collectif. Cette année-là, il entre définitivement dans le gotha du basket.

Jusqu’à sa fin de carrière en 74, Chamberlain enfilera les paniers et recevra de nombreuses distinctions individuelles. Il s’offrira même le luxe de sortir par la grande porte en remportant un 2ème titre de champion NBA avec les Lakers. Au-delà d’un bilan collectif plus qu’honorable, il restera avant tout dans l’histoire comme étant un pivot ultra-complet, capable tour à tour de défendre, d’attaquer, d’être performant sous l’arceau mais aussi – et c’est plus rare – d’être rapide, mobile et de délivrer de nombreuses passes décisives. En clair, Chamberlain savait tout faire ou presque. Pour se rendre compte de l’impact qu’il a eu sur son sport, rappelons qu’il détient aujourd’hui encore plus de 70 records en NBA. On peut citer ses 50,4 points par matches en 1961/1962 ou encore ses 55 rebonds pris en une seule rencontre ! Si Jordan lui tient tête en nombre de points/match (30,12 contre 30,06), ses statistiques individuelles globales restent un cran en-dessous du géant aux grands compas. Quand on vous dit que Wilt est bel et bien le plus grand !